Cérémonie d’action de plaidoyer au bien-être des enfants par les Députés Juniors au Cabinet du Médiateur de la République le lundi 7 mai 2018

Cette cérémonie initiée par l’ONG Internationale World Vision fait suite au lancement le même jour de la vaste campagne de mobilisation contre les violences faites aux enfants au palais des congrès de Niamey.

Après le lancement officiel de la campagne de mobilisation contre les violences faites aux enfants  au palais des Congrès, en présence des Présidents des institutions de la République, des membres du Gouvernement, des  partenaires et acteurs intervenant dans le domaine et des enfants venus nombreux pour la circonstance, une délégation  du Parlement des jeunes s’est rendue au Cabinet du Médiateur de la République pour solliciter son appui dans l’application effective

de la charte des droits ses enfants ainsi que de toutes les autres conventions relatives à leurs droits dont le Niger a ratifié.

Le Niger est l’un des pays du monde les plus touchés par la violence faite aux enfants. En effet, les conditions de vie des enfants y sont très précaires, à titre d’exemple, en dépit des initiatives de prévention des mariages des enfants développées aux cours des dix(10) dernières années par le gouvernement du Niger et ses partenaires techniques et financiers, le Niger enregistre le taux le plus élevé au monde soit 73% des femmes âgées entre 20-24 ans qui déclarent être déjà mariées ou en union avant l’âge de 18 ans. La difficulté de la situation des enfants, est aussi très souvent exacerbée par d’autres formes de violences à savoir le travail des enfants, les enfants en situation d’urgence et la négligence dont les enfants sont victimes.

Il n’est pas rare de voir des mineurs impliqués dans des travaux normalement réservés aux adultes, comme l’agriculture, l’élevage et des fois ils sont victimes des pires formes de travail des enfants.

Face à toutes ces situations qui handicapent l’avenir des enfants, la délégation du parlement des jeunes  est venue demander au Médiateur de la République de peser de tout son poids entant que défenseur des droits des enfants et des personnes vulnérables pour aider  à formuler au Gouvernement des recommandations et des propositions d’amélioration pour le bien-être des enfants.

A cet effet  le chef de la délégation du bureau du parlement des jeunes, l’honorable Tassiou Moussa Souley,  a remis au Médiateur de la République un document d’analyse contractuelle sur les violences faites aux enfants dans lequel figurent les doléances auxquelles les Députés Juniors souhaitent  l’implication de Me Ali Sirfi :

  • Adapter les textes juridiques nationaux, en particulier les codes civil et pénal, aux instruments internationaux de protection de l’enfant auxquels le Niger a souscrit

(Convention des Droits des Enfants, Charte Africaine du bien-être des enfants, CEDEF, etc.) ;

  • Fixer et harmoniser l’âge de mariage à 18 ans au moins pour les garçons et les filles ;
  • Instruire les collectivités territoriales et les amener à insérer la lutte contre le mariage des enfants dans les plans de développement communaux qui sont les principaux outils de planification en matière de développement ;
  • Promulguer une loi sur le travail domestique qui précise les peines encourues en cas d’atteinte aux droits des domestiques, conformément à la convention n° 189 de l’OIT sur les travailleuses et travailleurs domestiques dont la ratification est vivement encouragée et ériger également la servitude domestique en infraction pénale ;
  • Travailler en partenariat avec des groupes multiraciales, y compris ceux appartenant aux populations déplacées et aux communautés hôtes, afin d’élaborer des stratégies de solutions durables adaptées au contexte de déplacements prolongés des populations, dont les enfants.

Répondant aux parlementaires juniors, le Médiateur de la République a tout d’abord remercié World Vision pour la campagne de mobilisation sur les violences faites aux enfants et s’est engagé à s’impliquer pleinement  en faisant de la protection des droits des enfants une priorité dans sa mission. S’adressant ensuite aux Députés juniors, Me Sirfi leur a signifié  qu’il est de leur devoir de parlementaires d’interpeller le Gouvernement pour défendre le sort de nombreuses de leurs sœurs qui sont au village qui subissent encore hélas ce drame des temps révolus.  C’est maintenant ou jamais qu’il faut agir pour freiner ce fléau en entreprenant une croisade pour le bien être des enfants a ajouté le Médiateur de la République. Pour finir, Me Sirfi  a remis à son tour au chef de la délégation, le rapport avec les recommandations de la mission conjointe qu’il a effectué avec World Vision dans le cadre de la présente campagne.

 

                                                                        Cellule communication du Médiateur de la République